Le saphir

Article | Publié le 4 septembre 2019

Jocelyne Rouleau
Acheteur PayPal Canada
Gemmologiste Diamantaire

Pierre des natifs du mois de septembre, le saphir reste la plus abordable des pierres précieuses. De l’Antiquité au Moyen-âge, le terme saphir (de l’hébreu sappîr) désignait diverses pierres bleues, mais surtout le lapis-lazuli.

saphir bleu
saphir rouge

Le saphir obtient sa couleur bleue par la présence de fer et de titane lors de sa cristallisation. La teinte la plus recherchée est un franc bleu bleuet. Les saphirs plus foncés ont peu de valeur. Cette gemme peut présenter de multiples couleurs : rose, jaune, orange, violet, vert, noir et incolore. Lorsque coloré par le chrome, le saphir rouge prend alors le nom de rubis. La teinte rose-orangée, plus prisée, est appelée saphir padparadscha, nom d’origine cinghalaise (Sri Lanka) dont le sens littéral serait « couleur de la fleur du lotus au coucher du soleil ».

Le saphir peut être traité thermiquement pour rehausser couleur et clarté en dissolvant les éléments présents à l’état de traces dans la pierre. Depuis la fin du XIXe siècle, on fabrique des saphirs en laboratoire. Vu sa résistance aux rayures (dureté de 9/10), le saphir synthétique est utilisé comme verre de montre ou écran de téléphone portable.

collier
grenat orange

On peut retrouver des saphirs étoilés à 6 branches, et plus rarement à 12. Ce phénomène de l’astérisme est dû à la présence d’aiguilles de rutile dans la pierre. Le saphir étoilé est taillé en cabochon. Les principaux pays producteurs sont la Thaïlande, Cambodge, Cachemire, Myanmar et Sri Lanka.